Communiqués

« Dieséliser » tue

Comme chaque année, le début de la période estivale est synonyme de grands départs en vacances. Des millions de véhicules vont ainsi quitter les grandes agglomérations pour rejoindre plages et autres lieux de villégiature. Présent sur une majorité de véhicules, le moteur diesel tue, rend malade et coûte cher : morbidité et coûts sanitaires, dégradation des conditions de vie, destruction de l’environnement et amendes à payer aux institutions européennes pour non respect de la législation dus aux dépassements de polluants.

<p><strong>Le constat</strong></p>
<p>Les trois quarts des voitures vendues aux particuliers roulent avec un moteur diesel et plus de 80% du fret se fait par la route. Victime de politiques fiscales, d'am&eacute;nagement du territoire et de transports qui ont entrain&eacute; toute l&rsquo;&eacute;conomie depuis plusieurs d&eacute;cennies dans le &quot; tout automobile &quot; tr&egrave;s di&eacute;selis&eacute;, la France doit aujourd&rsquo;hui faire face au revers de la m&eacute;daille.</p>
<p>Les gaz d&rsquo;&eacute;chappement diesel, pr&eacute;tendument moins polluants car moins &eacute;metteurs de CO2 sont d&eacute;sormais reconnus comme canc&eacute;rog&egrave;nes av&eacute;r&eacute;s par l&rsquo;OMS et sont responsables de l&rsquo;&eacute;mission de particules fines et de NOx n&eacute;fastes pour la sant&eacute;. On estime &agrave; 42000, le nombre de morts par an en France, li&eacute;es &agrave; la pollution de l'air par les particules fines dont celles issues des diesel.</p>
<p>Le traitement des maladies li&eacute;es &agrave; la qualit&eacute; de l&rsquo;air co&ucirc;te tr&egrave;s cher &agrave; la collectivit&eacute; (a minima, entre 20 et 30 milliards d&rsquo;euros par an selon un rapport provisoire de la Cour des Comptes). De plus, le carbone suie contenu dans les particules fines se d&eacute;pose sur les glaces des p&ocirc;les et contribue directement au changement climatique, en accentuant leur fonte. </p>
<p><strong>Sortir le diesel de nos villes </strong></p>
<p>Les solutions de mobilit&eacute; propos&eacute;es pour l&rsquo;instant sont insuffisantes pour nous sortir de l&rsquo;orni&egrave;re et notamment en ville o&ugrave; les particules fines de diesel sont les plus nombreuses. Les automobilistes sont les premiers expos&eacute;s dans leur habitacle suivis des cyclistes et des pi&eacute;tons et bien &eacute;videmment des riverains. Toute politique de transports et de mobilit&eacute; durable doit concilier nos besoins de d&eacute;placements avec le respect et la pr&eacute;servation de notre qualit&eacute; de vie et de l&rsquo;environnement.</p>
<p>Selon Michel Dubromel, Vice-pr&eacute;sident et responsable Transports et mobilit&eacute;s Durables de FNE : &laquo; <em>Pour atteindre cet objectif il convient de se d&eacute;placer et transporter moins, mieux et autrement, en agissant aussi bien sur l&rsquo;offre de transport et les types de mobilit&eacute;s propos&eacute;es que sur la demande en transports et les comportements.&raquo;<strong> </strong></em></p>
<p><strong>Des actions sont possibles ! </strong></p>
<p>FNE appelle en priorit&eacute; &agrave; l&rsquo;interdiction des poids lourds et des v&eacute;hicules les plus polluants en ville. Elle demande &eacute;galement le d&eacute;veloppement des alternatives, tels que le d&eacute;veloppement des transports en commun, du co-voiturage et de l'auto-partage, les camions &eacute;lectriques ou hybrides pour les livraisons du dernier kilom&egrave;tre, dans le cadre des plans de d&eacute;placements urbains (PDU) ainsi que des plans de d&eacute;placements en entreprise. Enfin, FNE r&eacute;clame la suppression des avantages fiscaux offerts au diesel.</p>
<p style="font-weight: bold; text-align: center;"><a href="/sites/default/files/com/dossierpresse/dp-carbone-060712.pdf" target="_blank">T&eacute;l&eacute;charger le dossier de presse</a></p>
<p><strong></strong></p>

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le vendredi 06 juillet 2012
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don