putois d'europe
Dossier
Biodiversité Biodiversité

Putois : trois idées reçues sur un animal menacé en France

Publié le 31 janvier 2024

Le putois est un petit carnivore appartenant à la faune française, très souvent confondu avec la moufette. Accusé à tort de dégâts dans les poulaillers, il a été chassé et piégé à outrance. Cet acharnement à le détruire, combiné avec la disparition des zones humides (son habitat de prédilection), les collisions et l’utilisation du poison qui raréfie ses proies, ont conduit le putois au bord du déclin. Faisons le point sur son comportement et son mode de vie pour mieux comprendre et le réhabiliter.

1. Le putois est-il un animal nuisible ?

Le putois cause rarement des dégâts dans les poulaillers

On reproche parfois au putois de causer des dégâts dans des clapiers ou poulaillers, où il est attiré par la présence de rongeurs (mulots ou souris) davantage que par la présence des espèces élevées.

Cependant, cette prédation du putois est rare car le putois ne fréquente pas les zones urbanisées. Elle se produit généralement dans des installations vétustes (planches disjointes, grillages troués, portes disloquées ou fermant mal…), qu’il suffirait de réparer pour les rendre hermétiques et empêcher le passage des petits prédateurs.

Le putois régule les petits rongeurs

S’il arrive que le putois intervienne sur les petits élevages, il est également l’un des carnivores les mieux placés pour exercer un contrôle sur les populations de surmulots, de rats musqués et de lapins contre lesquels l’homme doit mener une lutte coûteuse.

2. Le putois est-il en train de proliférer ?

Le putois est en déclin dans plusieurs pays d’Europe

Le putois subit un déclin avéré ou soupçonné dans vingt pays européens. En France, en 2017, le putois a été classé « quasi menacé » sur la Liste rouge des mammifères de métropole : son aire de répartition diminue et sa population connaît un déclin général depuis 1950. L’espèce est considérée comme peu commune, voire assez rare, dans de nombreuses régions ou départements français.

L’humain, principal menace pour le putois

Les causes de cette raréfaction sont d’origine humaine :

  • l’assèchement et la mise en culture des zones humides, la destruction des talus et des haies en milieu bocager ont conduit à une diminution des milieux favorables à cette espèce ;
  • le putois est également victime de collisions routières ;
  • la chasse et le piégeage pour la fourrure ont probablement contribué à son déclin ;
  • la lutte chimique contre les rongeurs a entraîné la raréfaction de ses proies et provoqué des intoxications indirectes.

3. Le putois est-il un animal protégé ?

En France, le putois reste une espèce chassable

En France, le putois est une espèce gibier qui peut être chassée durant la période d’ouverture générale, de septembre à février.

Il a très longtemps été classé comme « espèce susceptible d’occasionner des dégâts » (ESOD), ce qui autorisait sa destruction par tir et par piégeage toute l’année, dans certains départements. Mais en 2021, à la suite d’un recours en justice déposé par FNE et d’autres associations, le Conseil d’État a annulé ce classement.

Le putois ne peut donc plus être piégé, mais il demeure une espèce chassable. Pour autant, l’espèce reste menacée sur tout le territoire français.

Protéger le putois pour enrayer son déclin : la mission des associations

Dans des pays comme le Royaume-Uni, la Suisse ou l’Italie, le putois est entièrement protégé.  Il est aujourd’hui indispensable de le classer comme « espèce protégée » en France afin de pouvoir mettre en œuvre des mesures efficaces pour enrayer son déclin. Cette campagne en faveur de la protection du putois est menée depuis 2017 par plusieurs associations dont la Société Française d’Étude et de Protection des Mammifères (SFEPM) qui a lancé des appels à la protection et propose un Plan national de conservation.

Mieux connaître le putois

Le putois, c’est cet animal rayé noir et blanc qui pue ?

En Europe, le putois a été rendu célèbre par « Pépé le Putois », le personnage d’un dessin animé américain qui s’est inspiré de la moufette rayée (mephitis mephitis). Ce mammifère rayé noir et blanc, qui vit en Amérique du Nord, possède des glandes anales très développées lui permettant d’expulser une substance malodorante pour se défendre. La moufette n’a donc rien à voir avec le putois d’Europe (mustela putorius) qui fait partie de la famille des mustélidés.

Un amateur de petits rongeurs

C’est un animal d’une cinquantaine de centimètres, dont un tiers pour la queue, au pelage brun foncé à noir, avec la tête plus claire et un masque noir sur les yeux. Il fréquente principalement les zones humides et sait s’adapter à tous les types de milieux du moment que l’eau est présente.

Le régime alimentaire du putois varie selon la saison et la région. Il est surtout composé de petits rongeurs : campagnols, souris, surmulots et rats musqués. Le putois consomme aussi des vertébrés à sang froid (poissons, amphibiens, reptiles) ainsi que des invertébrés. Il participe ainsi à l’équilibre des écosystèmes en régulant ses espèces proies.

Pour aller plus loin

Je fais un don

Pour aller plus loin

Zone humide
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Consultation publique : donnez votre avis pour protéger les petites zones humides !

Publié le 5 juin 2024
Le ministère de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires a mis en…
loup
Communiqué de presse
Biodiversité Biodiversité

La déraison d'Etat, ça suffit !

Publié le 23 mai 2024
Communiqué commun ASPAS, Ferus, FNE, Humanité & Biodiversité, LPO, WWF La dernière estimation…
Familles dans un parc
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Fête de la Nature : 5 jours pour célébrer la nature !

Publié le 15 mai 2024
Plongez-vous en pleine nature du 22 au 26 mai à l’occasion de la Fête de la nature . Plus de…
blaireau
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Le 15 mai, c'est la Journée mondiale des blaireaux !

Publié le 14 mai 2024
Le 15 mai sonne l’ouverture de la saison du déterrage des blaireaux dans plusieurs départements…